21 juillet 2021

Par Simon Jodoin

Présenté par Tour du Québec




Nous avons tous entendu parler des magnifiques couchers de soleil sur le Saint-Laurent, qu’on contemple avec ravissement en voyageant sur la rive sud du fleuve. Alors, lorsqu’on se trouve de l’autre côté, sur la rive nord, il est à quelle heure le spectacle haut en couleur qui fait courir les photographes?

Logiquement, ça devrait être l’inverse, aux aurores, non? Eh bien oui! Avec un cadeau en prime: la brume matinale.

Allons donc nous promener dans Charlevoix! On se rend volontiers dans cette région pour ses magnifiques paysages, ses montagnes où les routes et les chemins semblent se jeter dans le fleuve et ses terres agricoles couchées confortablement au creux des collines. Or, nous allons ici dévoiler un secret bien gardé: la beauté charlevoisienne atteint son apogée alors que la plupart des voyageurs sont encore au lit. Pour s’en rendre compte, il faut se lever tôt pour assister au lever du soleil.

Consultez les horaires météo qu’on trouve sur divers sites web pour trouver l’heure des premiers rayons du jour. À titre indicatif, en juillet par exemple, le moment magique se déroule entre 5h00 et 5h30 AM. C’est donc dire que vous devrez déjà être sur la route bien avant, car vous voulez être aux premières loges pour assister à l’entrée en scène de l’astre solaire!

Pour en avoir plein la vue, faufilez-vous sur la route 362, celle qui danse longuement avec le fleuve et les montagnes, entre Baie-St-Paul et la Malbaie. Lorsque les premiers jets de lumière frappent les terres, on mesure à quel point elle mérite son titre de route panoramique.



Simon Jodoin - Charlevoix
Route 362 - Miellerie du cratère - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/125 | f/5.6



Route 362 vers Saint-Irénée - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/125 | f/4.0


L’effet de contraste créé par le relief est saisissant. Alors que sur les sommets l’heure dorée met en valeur de plein fouet les granges, les maisons et les champs, il suffit de descendre de quelques mètres pour se retrouver dans une allégorie de lumière diffuse perçant les brumes qui s’évaporent de la terre qui se réveille. Le fleuve est quant à lui bien souvent enrobé d’une épaisse couche de nuage qui vous fait imaginer un instant que vous vous trouvez au sommet du monde.


Simon Jodoin - Charlevoix
Route 362 vers Saint-Irénée - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/80 | f/5.6


Simon Jodoin - Charlevoix
Route 362 vers Les Éboulements - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/8000 | f/3.2

 
Simon Jodoin - Charlevoix
Route 362 vers Saint-Irénée- Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/500 | f/3.2


Pour vous donner une idée du contraste entre la rive du fleuve et les sommets de la route, il faut absolument entamer plusieurs descentes vers le fleuve, dans les villages qui demeurent longuement enveloppés dans la brume. La chasse aux images ouvre la voie à bien des aventures! La pente abrupte qui se rend vers St-Joseph-de-la-Rive, par exemple, offre une large portion d’horizon. À cet endroit, on peut voir L'Isle-aux-Coudres émerger du lit de brume pour prendre des allures de monde lointain. Peut-être serez-vous tentés de prendre le large pour aller découvrir les merveilles de ce coin de pays. Dans ce cas , vous ne verrez pas le bout du quai d’embarquement où les passagers attendent pour prendre le premier traversier, ce qui entoure l’endroit d’un aura de mystère.


Simon Jodoin - Charlevoix
Descente vers St-Joseph-de-la-Rive - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/100 | f/7.1

 Simon Jodoin - Charlevoix
Descente vers St-Joseph-de-la-Rive et l’Isle-aux-Coudres qui émerge de la brume
Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO: 100 | 1/100 | f/7.1


La brume matinale agit comme un gigantesque diffuseur naturel avec lequel on peut vraiment s’amuser pour créer des images qui sortent de l’ordinaire. La règle d’or est simple: il ne faut pas avoir peur de manquer son coup et saisir toutes les occasions d’appuyer sur le déclencheur. Chose certaine, le temps est compté, car la brume se dissipe rapidement et quelques mètres suffisent dans bien des cas pour mesurer la distance entre des endroits complètement ensoleillés et d’autres baignant encore dans une brume épaisse.


Simon Jodoin - Charlevoix
St-Joseph-de-la-Rive, Rue de l’église - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/100 | f/7.1


Simon Jodoin - Charlevoix
St-Joseph-de-la-Rive, quai d’embarquement vers l’Isle-aux-coudres
Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO: 100 | 1/100 | f/7.1


Simon Jodoin - Charlevoix
St-Joseph-de-la-rive - Musée Maritime de Charlevoix - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/100 | f/9.0


Gageons que vous lever tôt pour explorer tous les recoins de la région deviendra vite une passion pour les chasseurs d’image. Évidemment, les journées qui s’annoncent ensoleillées offrent des contrastes bien marqués entre les heures embrumées qui suivent l’aube et la grande lumière qui bercera le reste de la matinée. Il n’est toutefois pas rare de découvrir un peu plus loin sur la côte des lieux où le brouillard semble vouloir traîner longuement des pieds. C’est le cas, bien souvent, à Port-au-Persil, au nord-est de La Malbaie, où la lumière diffusée par la brume permet de bien marquer les contours de la petite chapelle McLaren et les caps rocheux des alentours. C’est un autre endroit que vous voudrez visiter tôt dans la journée, alors que les quelques maisons qui jouxtent la  baie semblent encore bercées par le sommeil. Dépaysement garanti.


Simon Jodoin - Charlevoix
Port-au-Persil - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/160 | f/8.0


Simon Jodoin - Charlevoix
Port-au-Persil - Sony a7 II + 24-70mm f/2.8 GM
ISO 100 | 1/160 | f/8.0


Encore une fois, il faut le répéter souvent: bien qu’on notera sans aucun doute une différence de rendu selon la gamme d’appareils et d’objectifs utilisés, c’est la nature elle-même qui offre aux photographes amateurs et professionnels les éléments importants pour créer des images mémorables. L’idée essentielle est de capturer l’instant et non pas d’être prisonnier de la technologie! Toutefois, un appareil d’assez bonne qualité qui vous permettra de développer des fichiers RAW vous donnera plus de flexibilité, car à jouer avec le soleil qui se lève, on aura parfois avantage à faire ressortir les zones d’ombres. Pour les promenades matinales, aussi, être muni d’un zoom polyvalent à ouverture constante est un avantage considérable. Il ne faut cependant jamais avoir peur de partir à l’aventure avec l’équipement que nous permet notre budget sans oublier, évidemment, son réveil matin.



Autres articles par Simon Jodoin